ARGUENON CYCLOSPORT PLANCOET

ARGUENON CYCLOSPORT PLANCOET

SUR LE GRAND PLATEAU ET EN ROUE LIBRE >>>>> L'INVITE DU MOIS DE SEPTEMBRE 2017

C'est avec une bonne quinzaine de jours de retard que le Grand plateau publie l'interview de l'invité du mois de Septembre 2017. Comptant sur votre indulgence, je vous laisse découvrir une figure familière de notre Association.

 

P1040601.JPG

 

Bernard ( Lemoine ) est le 31eme invité du Grand plateau.Depuis Janvier 2015, les invités mensuels se succèdent - exception faite des 2 numéros spéciaux dédiés à nos valeureux cyclos présents sur Paris Brest Paris 2015. 

 

Licencié à L'Arguenon Cyclosport depuis le début des années 1990, il est aussi l'un des membres de l'équipe dirigeante.

Passionné de vélo depuis toujours, il se dévoile auprès du Grand Plateau.

 

******

 

 

1-  Depuis combien de temps es tu licencié au club et de quelle manière l'as tu découvert ?

 

    Ma première licence au club a été signée au début des années 1990, il me semble.

 

J’y suis arrivé pour continuer le vélo à Plancoët, après un passage au Cyclo-Club Plancoëtin depuis les rangs cadet.

 

 

 

2-  Quel est ton meilleur souvenir ou plus grande satisfaction dans la pratique du vélo ?  

 

   Je n’ai pas vraiment de souvenir particulier à évoquer mais ma satisfaction est d’avoir encore envie de me battre sur un vélo.

 

 

 

3-  Qui est ton coureur préféré ? 

 

    Mon coureur préféré est Alessandro VALVERDE.

 

 

 

4-  Pour quelles raisons ?  

 

    Pour sa longévité dans ce sport, sa science de la course et sa présence de mars à octobre dans les classements.

 

   Un français aussi L. CALMEJANE pour son panache, sa force. Un coureur qui sait gagner seul.

 

 

 

5-  Stade Rennais ou En Avant de Guingamp ?   

 

   En Avant de Guingamp pour son public, son ambiance et ce qu’il fait parfois avec son petit budget (égal au salaire de Neymar au PSG).

 

 

 

6-  Ton plat préféré ?    

 

   Je ne suis pas difficile mais j’apprécie la bonne et vraie cuisine.

 

   Un plateau de fruits de mer me ravira.

 

 

 

7-  Un Pays ou une ville que tu as aimé visiter ou aimerais visiter ?

 

    L’Italie pour sa richesse culturelle, ses paysages, son charme et le soleil.

 

J’aimerais visiter des pays d’Amérique du Sud comme le Pérou, l’Argentine ou le Chili. Un jour peut être…

 

 

 

8-  Ton endroit préféré ?  

 

   La Côte d’Emeraude.

 

 

 

9-   Quelles qualités apprécies tu le plus chez les autres ?

 

   La franchise et la simplicité

 

 

 

10-  Le défaut qui t'insupporte ?

 

   L’hypocrisie

 

 

 

11-  Quels sont tes loisirs préférés ou autres passions ?

 

   La randonnée, le bricolage, le jardinage, les voyages, la lecture…

 

 

 

12- Une personnalité, un artiste ou un sportif toutes disciplines confondues que tu apprécies ?

 

 

  Christian Cabrol, un chirurgien d’exception, simple et humaniste. Son combat pour la vie restera un exemple pour le monde médical.

 

 

 

13- La principale qualité du Club ?

 

   La convivialité, quel que soit le niveau du groupe

 

 

 

14- Que souhaiterais tu voir s'améliorer ? 

 

   Rien de particulier, la vie du club me va.

 

 

 

15- Que lis tu ? 

 

  Je n’ai pas la patience pour lire des romans, mais je lis divers magazines concernant la société, la politique, l’argent, le sport ou les voyages…

 

Un œil quotidiennement sur le Ouest-France.

 

 

 

16- Un souhait, un rêve ou un voeu ? 

 

   La santé pour moi et mes proches et ainsi réaliser mes vœux.

 

 

 

17- Une anecdote de vélo ? 

 

   En juin 1991, j’ai participé avec quatre collègues dont deux amis de Plancoët ( P. Hamon et D. Cherbonnet) à l’une des plus belles et plus dures cyclo-sportives : la Marmotte.

 

 

Je n’avais jamais gravi un col de ma vie et je pars escalader 4 cols mythiques, 180 km, 5000 mètres de dénivelé et 6000 participants.

 

 

Après le départ officiel, le peloton reste groupé jusqu’au col de la Croix de Fer. Motivé comme un cadet, la montée se déroule sans embûche puisque je passe le haut du col dans les premiers groupes.

 

 

Dans le Télégraphe (12 km), j’ai du mal à trouver mon rythme, je perds des places mais je m’accroche, mes collègues sont plus loin derrière.

 

 

Ensuite se présente le Galibier, 2640 mètres, des pentes à 8% de moyenne. J’ai un braquet trop grand pour la montée, mais c’est tout ce qui me reste. A 5 km du sommet, une défaillance terrible, je n’avance plus, je n’ai plus de forces. Des dizaines et dizaines de participants me doublent, sans pouvoir en accrocher un. Au sommet, je m’arrête, je suis seul et il fait froid entre les murs de neige. Je repars avec un petit groupe dans la descente jusqu’aux premiers lacets de l’Alpe d’Huez où ils me lâchent. Ici c’est la chaleur qui se fait sentir, je suis collé, noué de crampes, à bout de forces, avec ce braquet énorme. C’est à l’agonie, mettant plusieurs fois pied à terre que je finis ce calvaire.

 

 

Même si on peut se demander quel est l’intérêt de se faire autant de mal sur un vélo pendant 9 heures ? Je peux maintenant dire, je l’ai fait, car ces ascensions laissent un souvenir mémorable.

 

Merci Bernard pour ta participation.

Prochain rendez-vous avant la fin du mois si vous le voulez bien !!!

 



05/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 100 autres membres