ARGUENON CYCLOSPORT PLANCOET

ARGUENON CYCLOSPORT PLANCOET

SUR LE GRAND PLATEAU ET EN ROUE LIBRE >>>>> LES INVITES DU MOIS DE SEPTEMBRE 2015

A l'honneur ce mois-ci

Nos 2 valeureux coéquipiers qui ont réalisé lors de la 3eme semaine d'août le mythique 

PARIS / BREST / PARIS ( 18eme édition ) 

 

**********

 

asset 3.JPG

 

Pierre-Philippe et Lionel à leur arrivée au Vélodrome de st Quentin en Yvelines 

 Michel, malgré une  préparation de longue haleine ,  a dû renoncer en cours de route suite à des maux gastriques .

Il a soutenu ses 2 compères tout au long du retour vers Paris. 

 

Voici le récit que Pierre Philippe vient de transmettre au Grand Plateau avec la complicité de Lionel . 

*********************************************************************************************************

 

Ça y est, nous sommes le samedi 15 aout à Saint QUENTIN pour le contrôle de notre vélo et pour le retrait de nos documents pour pouvoir prendre le départ de ce fameux PBP.

Je suis avec Lionel, Maryvonne(ma femme) et Alain, mon cousin qui va faire office de chauffeur de Paris à Brest du camion que j'ai loué pour assurer la logistique.

Nous faisons la queue pour présenter nos vélos, il y a beaucoup de monde à cette heure là (13h30) de toutes les nationalités et de tous les âges. On arrive au contrôle des vélos pour s'assurer que tout est bien en place, que l'éclairage fonctionne et bien accroché. J'ai une remarque du contrôleur concernant le drapeau breton qui flotte derrière ma selle mais il ne me demande pas de l'enlever.

Puis on se dirige vers le vélodrome national, on se retrouve au milieu et on a l'impression que la piste est plus petite que les images que l'on peut voir à la télé et on se demande comment les coureurs peuvent tenir sur la piste surtout dans les virages.

On récupère tous les documents ainsi que la puce et notre carnet de contrôle qui ne vont plus nous quitter pendant trois jours et on retourne chez nos amis qui nous hébergent gentiment.

Le départ est prévu le lendemain 16 aout à 16h45, il fait beau, il y a des vélos partout, un journaliste me demande de me filmer avec une go pro en faisant le tour d'un rond point et de filmer d'autres coureurs pour un reportage d'une télé locale.

Nous sommes dirigés dans des enceintes qui regroupent chacune 300 coureurs portant la lettre D sur leur plaque. A 16 H, le premier départ est donné et à l'heure dite, nous arrivons sur la ligne de départ. Je reconnais le speaker, Nicolas LEBRETON qui porte bien son nom et qui reconnaît aussi les différents clubs bretons(L'HERMITAGE, PLANCOET, etc.)

Nous partons, l'allure est rapide, 37 kms seront effectués la première heure pour arriver à Mortagne au Perche avec une moyenne de 34,5 au bout de 140 kms. Des maillots du Club nous attendent, Étienne, Christiane, qui sont en séjour dans la région, on en profite pour faire des photos et se changer pour la nuit, il est déjà 21heures, on repart pour Villaine la Juhel à bonne allure que l'on atteint vers 00h10, puis Fougères vers 04h00, direction Tinténiac, il est 06h35. Bonne surprise, Antoine et Yves SALMON nous accueillent et nous profitons d'un arrêt d'une heure pour reprendre des forces et nous changer.

Direction LOUDEAC, l'étape se passe bien avec un groupe de 20, il fait beau et au contrôle Maurice et Claudine MOULIN nous accueillent. On reprend des forces et on se change, Pas de bol, toutes mes affaires sont mouillées, le bidon d'eau mal fermé s'est renversé sur les sacs. Le soleil chauffe, on en profite pour tout mettre à sécher dehors.

On repart de LOUDEAC, Lionel s’aperçoit qu'il a oublié son sac à dos, il fait demi tour et 2 H plus tard nous arrivons à ST NICOLAS du PELEM où un contrôle surprise a lieu. Mon fils Guillaume nous attend et fera parti de mon assistance jusqu'à Loudéac. On repart vers CARHAIX où on arrive à 15h30.

On croise le premier concurrent qui fait le trajet retour et 15 minutes plus tard, un groupe d'une trentaine de concurrents qui vont le rattraper certainement avant PARIS. Il n'en ai rien, on apprendra plus tard que c'est un Allemand et qu'il finira seul au bout de 42 heures.

Il nous reste encore 90 kms avant BREST, je trouve l'étape difficile avec la traversée des Monts d'ARREES et l'arrivée au contrôle qui n'en finit pas, il est 19h40, la famille de Lionel est là et on en profite pour faire des photos sous l'arche d'arrivée.

Bonne surprise, François QUERE est au contrôle, il attend son fils qui fait aussi PBP, on échange quelques mots, on se restaure et on se change pour reprendre la route du retour en attaquant notre deuxième nuit. Côté assistance, mon cousin Alain nous quitte et rejoint Paris en train. Lionel préfère repartir sans dormir et on constitue un groupe de 5 coureurs pour l'étape, au bout de 40 kms, Lionel pique du nez sur le vélo, il décide de s’arrêter à COMANA sur le bord de la route, je continue avec mes coéquipiers l'étape vers CARHAIX et Lionel m'appelle pour me dire qu'il est reparti assez vite avec un groupe et qu'il arrive aussi.

On s'allonge et on prévoit dormir 1 H mais on dort 2 H, départ à 04h15 dans le brouillard, je suis obligé d'enlever mes lunettes, je ne vois rien. Une file ininterrompue de cyclistes nous croise, certains phares des vélos nous éblouissent.

Contrôle surprise à MAEL CARHAIX, on nous propose une soupe à l'oignon qu'on apprécie beaucoup. Et on poursuit sur ST NICOLAS du PELEM où on prend un café croissant à 06h10 du matin. Nous arrivons à LOUDEAC 2 H plus tard, avec modification de l'assistance, Guillaume mon fils nous quitte et est remplacé par Guy mon beau frère venu avec ma sœur Marie Claire.

On prend un petit déjeuner tous ensemble au self du contrôle et on prend notre temps pour nous changer et mettre des tenues d'été, il fait un temps splendide.

Nous repartons vers TINTENIAC, Lionel est en forme, il ne s’aperçoit pas que je ne suis plus dans sa roue, il finit par le voir et on reste ensemble, les routes nous sont connues, on les a déjà parcourues sur le brevet des 600 kms avec LAMBALLE. A l'approche de TINTENIAC, Philippe SAMSON et sa fille Laura nous suivent en voiture et nous rejoignent au contrôle, on passe un moment ensemble.

Michel MARCADE et Marie sont là aussi, ils vont raccompagner à PARIS un concurrent qui a abandonné à cause d'une tendinite au genou. Michel s’aperçoit bien que je commence à avoir un problème aux cervicales, il me propose une minerve en cas de besoin que je mets dans le camion.

Sur le parcours vers FOUGERES, je vois bien que j'ai de plus en plus de mal à garder la tête droite, elle tombe toute seule, mais comme l'étape est courte, nous sommes à FOUGERES à 17h00.

On décide de dormir 1h00, on s'est endormi rapidement et on repart vers 19h30 avec la minerve autour du cou, la nuit commence à tomber, je ne suis pas à l'aise avec cet accessoire, la tête n'est pas assez haute, je mets un paquet de mouchoir sous mon menton pour le confort que je finis par perdre en route. Plus loin, à AMBRIERES les VALLEES, on s’arrête devant le camping-car de Michel et Marie qui nous proposent une serviette de table à insérer sur le collier cervical, c'est mieux.

Quelques kilomètres plus loin, Michel nous propose de me faire tenir la tête avec une chambre à air à partir du casque jusqu'à la selle de vélo, essai non concluant, mon casque bougeait trop sur ma tête.

On finit par arriver à VILAINES la JUHEL à 23h40, où je reçois un appel téléphonique de mon camarade d’entraînement Pierrick HAMON en fête avec des amis du club qui voulaient savoir où on se trouvait. Bonne initiative, il a eu la réponse de suite et en parlant de mes problèmes aux cervicales, il m'a interdit formellement d'abandonner sinon plus copain. Je suis allé me faire soigner, une kiné m'a massé le cou et une partie du dos et ça allait mieux.

On repart vers 02h00, la minerve dans le sac à dos de Lionel, mais quelques kms plus loin, je suis dans l'obligation de la remettre, la tête retombe de nouveau. Nous sommes avec Jean Claude, un ancien boulanger parisien qui veut rouler avec nous, il est vrai que la nuit, il vaut mieux être avec quelqu'un.

Mais on finit par le perdre sur le trajet car nos jambes fonctionnent bien quand même.

Au cours d'un arrêt pour perfectionner mon accessoire, on a tout fixé avec du ruban adhésif autour du cou, on retrouve Jean Claude qui arrive avec une main en sang, un problème sur sa chaîne lui a entailler un doigt. Docteur LESNE lui fait un pansement avec un mouchoir et mon ruban, ce sera 23€ lui dit on en blaguant.

On repart et on atteint MORTAGNE au PERCHE vers 05h30 pour dormir environ 01h30.

Il fait un peu frais en repartant vers 08h15 mais le soleil se montre très vite, on a décidé de scinder les étapes en deux pour me soulager quelques minutes la nuque et on arrive à DREUX à 12h00.

Après une heure de pause, on repart pour la dernière étape, Michel nous dépasse régulièrement avec son véhicule et assure la circulation aux carrefours et nous donne ses encouragements. On aperçoit un panneau qui nous indique les 15 derniers kms, depuis un moment nous suivons le rythme d'un groupe qui avance pas mal et on finit l'étape à bloc jusqu'au vélodrome.

On pose les vélos et je remercie Lionel de s’être occupé de moi et on s'embrasse avec le sourire.

Direction le vélodrome pour le dernier pointage à 15h56 et un repas chaud bienvenu.

On fait des photos avec Michel, Marie, Maryvonne, Guy et on trinque ensemble à notre performance.

 

Et voilà Lionel boucle son 1er PBP et moi mon deuxième. C'est surtout cela l'objectif et la concrétisation de plusieurs mois de préparation. C'est une épreuve longue et difficile qui demande une préparation physique et psychologique importante.

Je remercie mes accompagnateurs et toute ma famille qui m'ont soutenus et encouragés dans ce périple, ainsi que les membres du club et amis.

Un grand merci aussi à Lionel qui a fait toute la préparation des brevets avec moi et qui m'a accompagné tout le long du parcours.

 

Pierre-Philippe

 

Le petit mot de Lionel pour conclure :

 

Puisque notre périple c'est déroulé ensemble Km après Km notre histoire est commune c'est pourquoi je fais court. 

 

Départ 16h45 Dimanche 16Aout ( Jour de mes 43 ans ) fini les séances d'home-trainer  et  les sorties solitaires de la semaine.
première heure 37 Km/h de moyenne ( dans 35 Heures on est de retour) mais progressivement la moyenne chute pour finir à
24 Km/h en arrivant à Brest. A ce moment les jambes et le reste du corps suivent parfaitement et puis le retour ; à la première heure de pénombre les yeux se ferment dès que les jambes s'arrêtent de pédaler , je décide donc de faire une première sieste sur le bord de
la route à COMANA .Très vite rattrapé par le froid je remonte sur le vélo et rejoins Pierre-Philippe au pointage . Une deuxième sieste de 2 heures nous fera prendre conscience que la barre des 600Km était passée et qu'à ce moment là il va falloir gérer différemment .
C'est avec les misères du cou de Pierre-Philippe emprisonné dans une minerve que nous finirons la tête haute ( surtout Pierre-Philippe).
A l'arrivée les 2 fesses coupées ,des aphtes pleins la bouche , le tube digestif irrité et d'autres petits bobos ne me feront pas regretter cette superbe aventure qui n'aurait pas été possible sans les nombreuses sorties rythmées du Dimanche matin avec vous tous .
Merci et à Dimanche si vous le voulez bien.

 

Lionel

 

 



15/09/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 100 autres membres