ARGUENON CYCLOSPORT PLANCOET

ARGUENON CYCLOSPORT PLANCOET

Maurice Moulin l'invité du mois du "Grand plateau"

 

 

 

Maurice, c'est avec grand plaisir que j'interviewe l'intervieweur habituel du Club, d'autant plus que je n'oublie pas que tu fus celui qui m'accueillit à Arguenon Cyclo-sport.

 

1 : Depuis combien de temps es-tu licencié au Club et de quelle manière l'as-tu découvert ?

 Je suis arrivé en 1990. Je devais être le 11ème licencié. De cette époque sont toujours présents au club : Etienne, André (Robert),Victor et Michel (Simon).

 

2 : Quel est ton meilleur souvenir ou ta plus grande satisfaction dans la pratique du vélo ?

Mon meilleur souvenir est le Bordeaux/Paris 2014 que j’ai effectué en tant qu’accompagnateur de Philippe (Samson). Ce week-end là, notre binôme a fonctionné à merveille, Philippe avait réalisé sur le plan sportif une très belle performance en couvrant les 600 kilomètres en 23 h 18 mn et, de mon côté, j’avais géré la partie intendance sans le moindre grain sable dans les rouages. Nous n’avions pas besoin de nous parler beaucoup pour nous comprendre, tout s’est fait naturellement.

Partis de Bordeaux à 10 h le Samedi matin, l’arrivée au vélodrome de St-Quentin en Yvelines le lendemain matin à 9 h 18 fut un grand moment de bonheur.

Après avoir partagé le plateau-repas au cœur du vélodrome en guise de petit déjeuner, nous reprenions la route pour un retour à domicile à 15 h 30.

 

3 : Qui est ton coureur préféré ?

 Je n’ai pas vraiment de coureur préféré, par contre j’aime bien les coureurs généreux dans l’effort, les attaquants, ceux qui dynamisent la course au risque de se voir souffler la 1ère place.

A l’heure actuelle, Peter Sagan a ce profil.

Mais lorsque j’étais gamin, j’étais un grand «FAN» de Désiré LETORT. Je me souviens avoir participé à la manifestation organisée sur la place de la Gare lorsqu’il avait été déchu de son titre de Champion de France à Felletin, en 1967. Plusieurs centaines de Plancoëtins et supporters de la région lui avaient apporté leur inconditionnel soutien. Même Télé Bretagne (le France 3 d’aujourd’hui) avait couvert l’évènement pour son édition du soir.

Sur ma table de nuit, j’avais sa photo dédicacée avec le fameux maillot à damiers de chez Peugeot et la mention : « Garçon, mon ami, j’ai choisi Peugeot, fais comme moi. Désiré Letort »

 

4 :  Pour quelles raisons ?

Peter Sagan apporte un brin de folie dans le milieu du cyclisme, il semble prendre son job de coureur cycliste comme un jeu. C’est de plus en plus rare dans le sport de haut niveau –toutes disciplines confondues-.

  

5 : Stade Rennais ou En Avant de Guingamp ? Avant de parler des clubs professionnels, quelques mots sur ton parcours footballistique, car on m'a soufflé que tu fus un gardien de but fort brillant, très aérien.

C’est vrai que j’ai joué au foot dès mon plus jeune âge et jusque mes 35 ans. J’ai eu la chance de connaître la belle ascension de la Plancoëtine, de la Promotion d’honneur à la Division d’honneur en passant de la DRH à la DSR en 2 saisons.

Je dois souligner que, très jeune, j’ai eu la chance de croiser un certain Victor (Briend) qui m’a fait découvrir les entraînements spécifiques du gardien de but alors que j’étais cadet. Cette attention particulière m’a, sans aucun doute, permis de progresser et de garder les buts de la Plancoëtine une bonne dizaine d’années.

En 1979, nous avions rencontré En avant de Guingamp en 64ème de finale de la Coupe de France. Guingamp était en D2 (Ligue 2  aujourd’hui) et nous en DSR.

Nous nous étions inclinés sur le score de 1 à 0 sur un terrain gorgé d’eau (de Plancoët) et un temps de chien. Jean-Paul (Lefeuvre), qui nous a rejoints depuis 2 ou 3 ans, faisait également partie de cette épopée.

A cette époque, Noël Le Graët était le Président d’En Avant, René Cédolin son entraîneur et le buteur du jour était Guy Stéphan, l’adjoint de Didier Deschamps. Christian Gourcuff jouait également dans cette équipe. Souvenirs, souvenirs…

Je suis supporter du Stade Rennais, mais je dois avouer qu’il faut aimer se faire mal. Les Présidents changent, les entraîneurs se succèdent, les joueurs défilent mais les résultats sont toujours aussi décevants.

Pour tout autant, j’aime bien EA Guingamp, mais Philippe n’a pas encore réussi à me convertir.

 

6 : Ton plat préféré ?

 J’apprécie notre bonne cuisine française et il y a plein de plats que j’aime manger, dans la mesure où ils sont bien préparés. Mais puisqu’il faut en citer un, je retiendrai une poêlée de St-Jacques et sa fondue de poireaux.

 

7 : Un pays ou une ville que tu as aimé visité ou aimerais visiter ?

 J’aimerais visiter les Fjords et son fameux soleil de minuit.

 

8 : Ton endroit préféré ?

 Je vais la jouer chauvin, nous avons la chance de vivre dans une superbe région. L’ensemble de la côte Bretonne est magnifique.

 

9 : Quelle qualité apprécies-tu le plus chez les autres ?

La franchise et l’honnêteté, elles conditionnent les bonnes relations.

 

10 : Le défaut qui t'insupporte ? 

 Le mensonge et la cupidité. Le rapport démesuré à l’argent me gêne beaucoup.

 

11 : Quels sont tes loisirs préférés ou autres passions ?

La pêche à la ligne, que je découvre vraiment depuis que je suis à la retraite. Il me reste encore beaucoup de choses à apprendre tant il y a de techniques différentes, mais avec l’appui de Roger (Lecoq) je commence à mieux appréhender certaines pêches.

Je suis membre de la Chorale Arc-en-Ciel de Plancoët depuis 2014, nous avons une répétition par semaine et participons à quelques concerts ici ou là.

 

12 : Que t'apportent ces activités, hors vélo ? Si je comprends bien tu vas à la pêche à vélo, ton matériel sur le dos, tout en répétant les chants de la chorale ? C'est pourquoi j'ai pensé qu'une photo de toi à la pêche donnera une image inhabituelle.

C’est presque ça.  Ces activités sont très différentes les unes des autres et c’est cela qui me plaît. La pêche, pour son lien avec la nature, le calme et la patience que nécessite cette activité me donne le goût de la zen-attitude. Par les temps qui courent cela fait beaucoup de bien.

Le chant est synonyme de joie, de gaité. L’occasion aussi de faire de nouvelles rencontres et de travailler sa mémoire puisque nous chantons sans partition.

Fils de musicien, je n’ai jamais joué d’un instrument et c’est l’un de mes regrets, la chorale me permet de combler un peu cette lacune.

 

13 : Une personnalité , un artiste ou un sportif, toutes disciplines confondues, que tu apprécies ?

 Sur un plan sportif, j’ai une grande admiration pour les navigateurs en solitaire, ils doivent savoir tout faire et être dotés d’un mental énorme pour faire face aux éléments souvent déchaînés. Il est difficile pour moi de citer un nom dans la mesure où ils ne naviguent pas tous sur les mêmes types de bateaux.

Sinon, ce que fait actuellement Thomas PESQUET, notre astronaute, me fascine. Etre en orbite autour de la terre dans une station spatiale pendant 6 mois avec des missions de maintenance hors capsule doit être particulièrement flippant. Une tête très bien remplie dans un corps d’athlète. RESPECT.

 

 

 

14 : La principale qualité du Club ?

 Un club n’est rien sans ses licenciés et son équipe dirigeante, c’est donc à travers ses composantes que l’on retrouve les qualités d’Arguenon Cyclosport.

Dans la mesure où nous avons plaisir à nous retrouver, rouler ensemble dans un bon état d’esprit, le club aura encore de belles années devant lui. Mais il faut rester très vigilants et se remettre en cause en permanence pour éviter tout dérapage

 

15 : Que souhaiterais-tu voir s’améliorer ?

Que le noyau dur qui fait vivre notre club s’étoffe et se renouvelle. Nous devons aussi rester très attentifs à nos comportements lors de nos sorties. Notre image peut en souffrir.

 

16 : Que lis-tu  ?

 Surtout des biographies et chaque jour le O.F.

17 : Un souhait, un rêve ou un vœu ?

Sur un plan très personnel, rester en bonne santé le plus longtemps possible entouré de mes proches et, sur un plan plus général, que le monde dans lequel nous vivons soit moins fou. (est-ce encore possible ??)

 

18 : Peux-tu me citer une ou plusieurs anecdotes de vélo, mais je me permets de te souffler celle où tu t'es trouvé, au cours d'une course, sur une quatre voies !!!

Au début des années 1990, j’avais participé avec Victor à un "contre la montre" par équipe de 2 coureurs. Cette épreuve se déroulait dans la région de St-Brieuc et s’appelait  « La Barre à Qui ? », organisation du club cyclo de Chaffoteaux et Maury .

Nous étions accompagnés et suivis par papys Briend et  Moulin. Nous  avions pris un bon départ et nos relais étaient bien huilés. Après quelques kilomètres, la pluie s’est mise à tomber et avons essuyé une très grosse averse. Arrivé à un rond-point, le signaleur qui devait indiquer la route à prendre s’était abrité dans sa voiture.

Nous ne savions pas quelle direction prendre mais avons opté pour la 1ère ou 2ème (?) qui se trouvait en face de nous. Mauvaise pioche, nous nous sommes retrouvés sur une 4 voies.  Nous nous sommes très vite rendu compte de cette erreur d’aiguillage et avons fait demi-tour en empruntant la bande d’arrêt d’urgence pour retrouver le signaleur calfeutré dans sa voiture et nous indiquer la route à prendre. Nous avions perdu beaucoup de temps et définitivement nos suiveurs qui eux n’avaient pu faire demi-tour.

Dommage pour nous, car ce jour-là nous aurions joué la victoire et à coup sûr une place sur le podium.

 

Merci Maurice d'avoir accepté d'être l'intervieweur interviewé.

 

 

 

Daniel Guichard

 

 

 

 



27/03/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 97 autres membres